Pendant l’hiver 2022, j’ai déposé 260 pierres à lécher dans une forêt dans l’espoir que des cerfs viendraient consommer cette sculpture à base de sel. Depuis, le cube blanc a été altéré aussi bien par les cerfs, les dindons, les ratons laveurs, les renards et les ours, que par la pluie, la neige et le vent. Ces acteurs de transformation sont documentés par caméra. Le dispositif témoigne également de la lente dissolution de la matière.

La saline sera présentée à Regart, centre d’artistes en art actuel, du 5 mai au 4 juin 2023. Ce projet est commissarié par Ariel Rondeau, travailleuse culturelle, historienne de l’art et commissaire indépendante.

 

Pour plus d’information, cliquez ici.

In the winter of 2022, I layed down 260 licking stones in a forest in hope that the deer would come and consume the salt-based sculptural piece. The white cube has now been altered by the local deer, turkeys, raccoons, foxes and bears, as well as the rain, snow and wind. A camera bears witness to all of these actors of transformation, as well as the slow dissolution of the matter.

 

La saline will be presented at Regart, centre d’artistes en art actuel from May 5 to June 4, 2023. This project is thoughtfully curated by Ariel Rondeau, a cultural worker, art historian and independent curator.

 

For more information, click here.

 

La saline

2021-

260 pierres à lécher / 260 licking stones